LA MENDIANTE AUX YEUX VERTS

Quand je me souviens de la ville ou je suis nè et où j’ai grandi, tout à côté de mes parents. et de mes amis,s’affichent les visages de personnages qui ne disparaitront jamais de ma mémoire. Chichin l’english, Ebba Briba, le fou nu avec son tambour et tant d’autres qui inondaient nos rues écrasées de soleil d’une tendre et douce folie. Ils ont disparu de nos métropoles, dans les asiles et de sinistres abris, à l’écart, cachés, étouffés, enterrés. Quand j’ai decouvert, Khadra, la mendiants aux yeux verts, il y a de cela quelques années, j’ai retrouvé un de ces personnages habités qui ont traversé ma jeunesse.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s