HISTOIRE D’UN PROJET DE FILM (premiere partie)

Au début je pensais avoir toutes les chances de mon coté surtout lorsque Mohamed Charbagi de « Alef production » s’était joint au projet. Une production franco-tunisienne, la participation de Sonia Fellous ( sois dit en passant, le meilleur choix possible. Attention, ne faisons pas de jaloux) une historienne et archéologue qualifiée, tous les contacts, garanties possibles et en plus l’association hautement symbolique d’un Mohamed et d’un Cohen. Le scenario a été revu par un script-doctor, il ne restait plus qu’a affronter les televisions. Assez rapidement, une chaine nationale ( Je ne la citerais pas) accepta le projet, j’allais meme en Catalogne, au festival du cinema méditerranéen, MEDIMED, dont très judicieusement Mohamed Charbagi était l’un des créateurs, rencontrer une responsable, d’ailleurs charmante. Sois dit en passant, je me liais d’amitié avec une jordanienne qui me dit en me donnant sa carte :  » Maintenant tu as une famille a Amman ». De retour a Paris je me tenais prêt a preparer mes valises et dis triomphalement a Sonia de se preparer a faire de meme. On se mit a la recherche de nouveaux financements. Quelques semaines plus tard, Le producteur croisa dans une salle de projection le directeur de la chaine en question. Mohamed me confia que l’homme l’avait évité de manière assez évidente et que cela ne présageait rien de bon. Effectivement, nos mauvais pressentiments s’avérèrent exact. Quelques jours plus tard on nous fit savoir que le projet était reporte a « plus tard », ce qui signifie en langage du metier a jamais. La charmante dame, responsable du projet que j’avais rencontré au festival de MEDIMED m’envoya en DVD avec la mention : « c’est ca qu’ils veulent ». Un film très engagé anti-israélien. C’est pour ca que la réalisation de ce film est devenu une affaire personnelle.
Mais pourquoi ont-ils refuse ce projet en rapport avec le conflit Israelo-palestinnien ? je vais vous en parler la prochaine fois… et on passera a autre chose.mosaics

Une réflexion au sujet de « HISTOIRE D’UN PROJET DE FILM (premiere partie) »

  1. La force ne est pas que musculaire elle est aussi cérébrale et stratégique et psychologique tout comme une guerre défendre ses opinions contre certaines personnes c’ est ce mettre des gens à dos comme le piano il y a les touches blanches et les touches noir un do blanc et un do noir cela reste une différence l’important c’est de s’ aimer toute bonne vérité n’est pas toujours bonne à dire ce sont les rouages du pouvoirs

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s